Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Développement rural

  • L’arboriculture fruitière pour faire fleurir la région Fès-Boulemane

    Alors que l'ambitieuse vision du Plan « Maroc vert » est en phase de donner ses premiers fruits, le plan agricole régional (PAR) Fès-Boulemane, qui en est la déclinaison locale, s'est bien donné les moyens de ses ambitions.

    Pour y arriver, rien de plus sûr qu'un secteur qui présente un fort potentiel de développement dans toute la région : l'arboriculture fruitière.

    L'olivier, les rosacées et le figuier figurent, à cet effet, à la tête des filières retenues pour porter les ambitions du PAR, qui devra mobiliser au total un montant de 10,6 milliards de DH à l'horizon 2020, avec, à la clé, 108 projets (55 dans la production animalière et 53 dans la production végétale).

    LES ROSACEES : UN INVESTISSEMENT LOURD POUR BOOSTER LA FILIERE

    fellahtrade_orange_tree.jpgUne enveloppe conséquente de 3,64 milliards de DH est dédiée au développement de la filière des rosacées entre 2010 et 2020. Au moins quatre objectifs devront être atteints : Améliorer le revenu des producteurs, valoriser la production locale, inciter les agriculteurs à investir davantage dans le domaine arboricole et réduire les effets de la spéculation exercée par les intermédiaires.

    Dans le détail, le projet de développement de cette filière, qui occupe une superficie de 8.000 ha, soit 30 pc de la superficie nationale, table sur une superficie additionnelle de 4.700 ha et pas moins de 2.000 bénéficiaires dans les sous-filières du pommier, du prunier et de l'amandier.

    Rien que pour 2012, il est prévu le lancement de projets dans les filières des prunes, pour un coût de 23,42 MDH, de l'amandier (7,33 MDH) et du pommier (28,40 MDH).

    Des investissements qui serviront, entre autres, à la plantation de 450 ha de prunier, l'équipement des parcelles en irrigation en goutte à goutte, l'assistance technique des agriculteurs, la plantation de 420 ha d'amandier avec la technique de conservation des eaux et des sols, la mise en place d'une unité de concassage d'une capacité de 1T/J, la plantation de 200 ha de pommier, la construction d'une unité frigorifique d'une capacité de 2.000 T et la reconversion du système d'irrigation gravitaire en goutte à goutte pour une superficie de 300 Ha.

    LA FILIERE OLEICOLE: UN FORT POTENTIEL EN COURS D'EXPLOITATION

    fellahtrade_olive.jpgDeuxième filière en termes d'assolement régional, après les céréales, l'Olivier peut être considéré comme l'une des filières qui présentent un fort potentiel de développement dans la région.

    Ses atouts sont de taille : une prédominance des conditions édaphiques favorables aux plantations oléicoles, la disponibilité d'une infrastructure industrielle de transformation et de valorisation (108 unités modernes et semi-modernes et 980 Maâsras), la disponibilité d'une main d'oeuvre bon marché et la diversité des aides financières accordées par l'Etat dans le sens de la promotion des plantations oléicoles et l'encouragement de la création des vergers oléicoles.

    La région peut aussi se vanter d'avoir des oliveraies régionales relativement jeunes, dans la mesure où près de 45 pc ont moins de 15 ans et sont dominées par la célèbre variété Picholine marocaine.

    En termes de chiffres, la filière devra mobiliser à l'horizon 2020 des montants de plus de 248 MDH, qui serviront à l'extension des superficies sur 32.000 ha en faveur de 36.200 agriculteurs. Trois objectifs majeurs y ont assignés : l'extension de la superficie oléicole, l'intensification et la valorisation de la production et l'amélioration de la qualité.

    Pour l'année en cours, d'importants projets d'un montant de plus de 77,59 MDH devront voir le jour dans une dizaine de communes rurales éparpillées dans toute la région.

    A côté de ces projets, les efforts de développement de la filière oléicole sont notamment appuyés par les projets oléicoles lancés dans le cadre du Millenuium Chellenge Account (MCA).

    D'un coût global de 510,8 MDH, les projets-MCA (2008-2013) portent, entre autres, sur l'extension des plantations d'olivier sur une superficie de 8.269 Ha, la réhabilitation et l'intensification des plantations d'oliviers sur 3.240 Ha, l'aménagement hydro-agricole sur une superficie de 4.085 Ha et la réhabilitation de l'olivier des petite et moyenne hydrauliques sur 2.500 Ha.

    LE FIGUIER: UNE FILIERE QUI SE PREPARE A FLEURIR

    fellahtrade_fig_tree.jpgBien qu'elle reste peu importante pour les agriculteurs de la région Fès-Boulemane, la filière du figuier semble considérer 2012 comme l'année de l'éclosion.

    La filière, dont la superficie ne dépasse guère les 418 ha, verra le lancement de projets d'un montant de 9 MDH, au profit de 515 agriculteurs dans six communes rurales de la province de Sefrou. Il s'agit de la plantation de 500 ha de figuier des variétés d'Ournakssi, Ghodanne et Chatoui avec la technique de conservation des eaux et des sols et une densité de 150 plants/Ha, l'acquisition d'une unité de séchage des figues d'une capacité de 3 T/j et l'assistance technique des agriculteurs.

    Une fois menés à terme, ces projets devront permettre l'amélioration du rendement de 0,8 à 6 Tonnes/Ha, la réalisation d'une production en figues de 3.000 Tonnes et la création de 15.600 journées de travail supplémentaires par an.

     

    source : MAP

  • Campagne agricole 2010-2011 : un franc succès !

    campagne-agricole-2011-fellahtrade.jpgLa production définitive des trois principales céréales au titre de la campagne agricole 2010-2011 a atteint 84 millions de quintaux (Qx) sur une surface cultivée de 5 millions d'hectares, soit un rendement moyen de 16 Qx/ha.

    En comparaison avec la campagne 2009-2010, la superficie des céréales a augmenté de 7%, la production de 12% et les rendements de 5%, précise-t-on dans un communiqué du ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime.

    Cette production se répartie par espèce entre blé dur (18,5 millions Qx), blé tendre (41,7 millions Qx) et orge (23, 4 millions Qx), ajoute-t-on de même source.

    L'actuelle campagne agricole s'est caractérisée par des précipitations très importantes aussi bien en termes de volume qu'en termes de répartition spatio-temporelle, poursuit le communiqué, en faisant état d'un cumul pluviométrique moyen national de 525 mm enregistré au 15 juin 2011, soit une hausse de 43% par rapport à la normale (368 mm).

    Les précipitations de mai, qui ont exercé un effet positif sur les cultures de printemps et les plantations fruitières, ont toutefois eu un effet négatif, qui reste limité sur la qualité et le poids spécifique des grains des céréales dans certaines régions.

    Plusieurs facteurs ont, par ailleurs, contribué positivement à la réussite de cette campagne, notamment la précocité des pluies d'où l'installation précoce des cultures d'automne. Preuve en est que près de 70% des semis des céréales ont été réalisés avant le 15 décembre 2010.

    Il s'agit aussi de la bonne répartition temporelle des précipitations dans la plupart des régions céréalières et de la mécanisation quasi-généralisée et la forte utilisation des semences certifiées pour la 2-ème campagne consécutive (plus d'un million Qx).

    Le texte met également l'accent sur l'effort "louable" déployé par le ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime pour faire réussir l'actuelle campagne, à travers notamment la collaboration fructueuse entre le ministère et la profession céréalière pour le développement de la filière et l'actualisation du cadre réglementaire régissant la filière céréalière.

    Les actions entreprises dans le cadre de la stratégie Plan Maroc Vert ont également joué un rôle important pour faire aboutir cette campagne, par le biais notamment des aides et incitations à l'acquisition du matériel agricole et l'utilisation de semences certifiées, la densification des points de ventes des semences et des engrais et la mise en place de projets d'agrégation qui ont permis une amélioration très significative de la productivité des céréales.

     

    source : MAP

  • Agriculteurs assurés contre la grêle

    fellahtrade-champs-maroc.jpgUne convention d'assurance contre la grêle a été signée entre le ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime, le ministère de l'Economie et des Finances et la MAMDA pour la campagne 2010/2011. Cette convention vient soutenir les efforts entrepris par le département de l'Agriculture pour atténuer les effets de la grêle dont l'impact se traduit par la diminution des revenus des agriculteurs touchés.

    Pour la campagne agricole 2010/2011, cette assurance couvre les productions de la vigne, l'olivier, les agrumes, le pommier et poirier, le cognassier, le cerisier, le prunier, l'abricotier, le pêcher-nectarinier, l'amandier, les céréales, les légumineuses alimentaires, semences des céréales et plants. Des dispositions sont prévues par cette convention pour inciter les agriculteurs à adhérer à cette assurance.

    La subvention par l'Etat de la cotisation de l'assurance s'élevant à 40% pour les agriculteurs exploitant moins de 10 Ha, à 30% pour les agriculteurs exploitant entre 10 et 50 Ha et à 20% pour les agriculteurs exploitant plus de 50 Ha. « Les agriculteurs désirant souscrire à cette assurance au titre de la présente campagne agricole, sont priés de prendre contact avec la MAMDA à Fès ou s'informer des dispositions prises au titre de cette convention auprès des services de l'agriculture (DRA, DPA et CT) ou auprès de la Chambre d'Agriculture de la Région Fès Boulemane », précise t-on à la Direction régionale.