Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Blog Fellah Trade

  • Maroc-Royaume Uni: prospection pour des coopérations post-Brexit

    drapeau-maroc-royaume-uni.jpgLe ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch, et le ministre britannique chargé du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, Alistair Burt, se sont entretenus, à Rabat, des opportunités de développement de la coopération bilatérale dans les domaines agricoles et de la pêche maritime après le Brexit.
    L'occasion de prospecter les pistes de développement du partenariat maroco-britannique dans les domaines de l’agriculture et de la pêche maritime, notamment après la sortie imminente du Royaume-Uni de l’Union européenne.

    Le Royaume-Uni est un partenaire « crucial » et « fort » du Maroc, souligne Akhannouch, précisant que les exportations marocaines vers ce pays ont bondi de plus de 80% durant les trois dernières années.
    Il est à rappeler que le Royaume-Uni exporte vers le Maroc des produits pétroliers, lubrifiants, voitures, avions, moteurs électriques, médicaments, machines, produits chimiques, matières plastiques, tissus, blés, tabacs, désinfectants, parfumeries et appareils récepteurs de Radio/TV.

    Les importations britanniques du Maroc consistent essentiellement en vêtements, câbles pour électricité, engrais naturels, produits chimiques, articles de bonneteries, agrumes, poissons en conserve, tomates fraîches, conserves de légumes, composants électroniques, fruits frais, confitures, acide phosphorique, articles sanitaires et poissons frais, salés ou fumés.

    Source : http://www.hortitecnews.com/

  • Le Maroc double ses exportations en courgettes vers l'UE

    exportations-courgettes-fellahtrade.jpg

    Le Maroc a doublé ses exportations à l'Union européenne (UE) en courgettes pendant les semaines 50 et 51 en se référant à la même période de l’année précédente, tandis que les exportations en  tomates  ont été réduites ; selon  l’Observatoire des prix et des marchés de  la Junta de Andalucía.

    Tomates

    Le contingent total des tomates exportées par le Maroc vers l’Union européenne, au cours de la campagne 2017/2018, est de 285 millions de kilos, débutant la période contingentaire du 1er octobre au 20 avril. Le volume exporté par le Maroc au cours des semaines 50 et 51 était de 18,5 millions de kilos, soit 5,9% de moins que le volume vendu à l’UE au cours de la même période de la campagne précédente.

    Le prix moyen auquel le Maroc a vendu ses tomates à l’UE au cours des deux semaines mentionnées a été de 1,27 euros le kilo, soit 32,3 pour cent de plus que le prix correspondant à la même période de la campagne précédente.

    Courgettes

    En ce qui concerne la courgette, la période d’exportation sous quota est la même que celle de la tomate, soit du 1er octobre au 20 avril, avec un volume contingentaire total de 56 millions de kilos.

    Durant les semaines 50 et 51,  4.03 millions de kilos de courgettes marocaines sont entrés dans l’UE sous contingent, à un prix moyen pondéré de 0,75 euros par kilo. Ce volume est le double de celui enregistré la campagne précédente à un prix inférieur de 47%.

    Concombre

    La période d’exportation du concombre vers l’UE sous contingent commence le 1er novembre (S44) et se prolonge jusqu’au 31 mai. Le quota total pour la campagne 2017/18 s’élève à 16,8 millions de kilos.

    Au cours des 50 e et 51 e semaines, le Maroc a exporté au total 667 000 kilos de concombres vers les pays de l’UE, soit 36,8% de moins que les mêmes semaines de la campagne précédente.

     

    Source : www.hortitecnews.com

  • En Algérie, une ferme géante de 30000ha au cœur du Sahara

    ferme-algerie.jpg

    Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui, a présenté le projet agricole « Ennahda », en phase de concrétisation dans la région de Mguiden, dans la région de Timimoune (A

    drar), comme un projet « modèle » en matière d’investissement agricole moderne et prometteur.

     S’étendant sur une superficie de 30.000 hectares au niveau du périmètre de Mguiden (500 km au Nord d’Adrar) et connaissant un taux de réalisation de 70%, ce projet, pour lequel un important financement de plus de 21 Mds DZD (162,750 M EUR) a été consacré, générera plus de 300 emplois englobant des ingénieurs, des techniciens, ainsi que des travailleurs permanents et saisonniers.

     Cette ferme géante aura recours, pour son irrigation aux nappes hydriques souterraines, à une étude technique qui prévoit la réalisation de 300 forages, de 5 grands bassins de stockage d’eau d’une capacité de mobilisation d’un million de m3 alimentant 450 pivots d’irrigation, en plus d’un réseau d’irrigation au goutte-à-goutte sur une superficie de 10.000 hectares.

    Selon le plan de production agricole du projet, la superficie globale du projet, divisée en 8 lots, sera consacrée à différents genres de cultures. La moitié de la surface globale sera réservée au blé dur, 26% à la maïsiculture, 8% au soja, et d’autres surfaces dédiées à la phoeniciculture ainsi qu’aux cultures maraichères.

    Mr Bouazgui a affirmé que le développement et la promotion de l’agriculture dans les régions sahariennes et des hauts plateaux, figurent parmi les priorités du plan d’action du gouvernement visant la mise en valeur de terres agricoles. Il a aussi précisé que ce plan d’action s’articule sur l’accompagnement et le soutien de différents partenaires agricoles, opérateurs aussi bien nationaux qu’étrangers, en vue de soutenir l’agriculture de manière moderne et intensive, notamment dans les régions du Sud et sur les hauts plateaux.

     L’approche vise la promotion de la production végétale et animale, poursuit-il, ajoutant que ce plan est porteur de perspectives prometteuses dans la région, notamment en matière de développement de l’élevage camelin.

    Source : www.hortitecnews.com