Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Blog Fellah Trade

  • Le Maroc, devient un géant incontournable de l'agriculture irriguée.

    agriculture-maroc-irriguee.jpg

    Depuis l’instauration du Plan Maroc vert, en 2008, le Royaume a presque doublé ses exportations agroalimentaires. Les productions intensives et réserves d’eau se multiplient. Selon un reportage effectué par Ouest France dans la zone agricole de Larache, près de Tanger avec la CMPG, entreprise leader de l’irrigation, le Maroc est un champion de l’irrigation.

    En effet, l’agriculture irriguée au Maroc contribue de façon importante dans la production de la valeur ajoutée agricole et intervient à hauteur de 75 % des exportations agricoles. Le secteur irrigué participe à la production de 99% de sucre, 82% de cultures maraîchères, 100% des agrumes et 75% pour le lait.
    De plus, ce secteur couvre environ 120 millions de journées de travail par an, soit environ 1 million 65 mille emplois dont 250 mille permanents.

    A cela, s’ajoutent les retombées importantes à l’amont sur les secteurs des travaux,… mais aussi l’avènement de l’agro-industrie et l’amélioration des revenus des agriculteurs qui, grâce à l’avènement de l’irrigation, a été multipliée par 5 à 13 fois selon plusieurs paramètres.  Parmi ces derniers on peut citer les périmètres, le désenclavement et l’accès aux autres services publics communaux comme l’eau potable, l’électrification, etc., ainsi que les retombées importantes à l’amont sur les secteurs des travaux publics, de l’industrie et des services, et à l’aval sur le secteur de l’agro-industrie.

     

    Source : www.agrimaroc.ma

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Martil : Appel à la création d'une base de données pour les Plantes aromatiques et médicinales au Maroc

    plantes-medicinales-fellahtrade.pngLes participants à un colloque international, à Martil, ont plaidé en faveur de la création d’une base de données pour les Plantes aromatiques et médicinales (PAM) au Maroc, d’unifier leurs appellations et de rassembler leurs caractéristiques.

    Les intervenants lors de cette rencontre, organisée par l’Equipe de recherche "Biologie, environnement et développement durable" (ERBEDD), en partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Martil et l’Agence nationale des plantes médicinales et aromatiques, ont souligné l’importance de créer une plate-forme scientifique spécialisée dans le domaine des plantes médicinales et aromatiques, pour favoriser l’échange d’informations entre experts et chercheurs.

    Ils ont recommandé la valorisation des extraits des plantes aromatiques et médicinales et leur utilisation dans le contrôle biologique et le traitement intégré de maladies végétales, ainsi que dans le traitement de quelques maladies humaines, en particuliers certains types de cancers.

    Après avoir mis en avant l’importance de l’ouverture sur l’environnement socio-économique dans la gestion et l’exploitation des plantes médicinales et aromatiques, les intervenants ont mis en garde contre l’exploitation anarchique de certaines plantes aromatiques et médicinales, pouvant entrainer leurs extinctions.

    Dans une déclaration à la MAP, le coordinateur du Colloque et professeur chercheur, Abdelfettah Maouni, a indiqué que l’événement a connu la participation de plus de 120 chercheurs et spécialistes représentant les pays de la Méditerranée, notamment la France, l’Italie, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.

    Le Maroc se classe au deuxième rang mondial après la Turquie en matière de diversité végétale, a-t-il relevé, faisant savoir que cette richesse végétale comprend plus de 42.000 variétés de plantes, dont environ 800 variétés ayant des spécificités aromatiques et médicinales.

    Il a appelé à ce que cette richesse végétale « soit bien exploitée », mettant l’accent sur l’importance de sa valorisation avant exportation afin de booster sa valeur ajoutée.

    Il a également invité les responsables des entreprises marocaines spécialisées dans l’industrie pharmaceutique et cosmétique à tirer profit des recherches et des études scientifiques menées dans les facultés et les centres de recherche, ainsi que de soutenir la recherche scientifique dans le domaine des plantes médicinales et aromatiques.

    Cette manifestation de trois jours, vise à mettre en avant les résultats des recherches scientifiques dans le domaine des PAM et à encourager leur valorisation, leur protection et leur à l’échelle nationale dans le respect des normes du développement durable et de la conservation de la biodiversité, en plus de connaitre l’état d’exploitation de ces plantes dans la lutte biologique, et de contribuer à l’actualisation du bilan d’utilisation des plantes aromatiques et médicinales dans la médecine traditionnelle, contemporaine et dans le domaine agricole.

    Au programme figurent des séances plénières et des ateliers sur « Les plantes aromatiques et médicinales entre valorisation, surexploitation et changements climatiques », « L’éthnobotanique et l’éthnopharmacologie », « La chimie des plantes aromatiques et médicinales », « L’optimisation phytosanitaire des plantes aromatiques et médicinales (Lutte contre les ennemis des plantes par les plantes) » et « L’optimisation pharmacologique des plantes aromatiques et médicinales (Lutte contre les maladies et le cancer par les plantes) ».

     

    Source : www.agrimaroc.ma

     

  • Le Maroc pays à l’honneur du Salon de l’agriculture et de l’alimentation OMEK en Hongrie

    maroc-salon_agriculture_en_hongrie_.jpeg

    M. Mohammed Sadiki, Secrétaire Général du ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime Développement Rural et des Eaux et Forêts a participé aux côtés du Ministre de l'Agriculture de Hongrie, M. Nagy István, à la cérémonie officielle d’ouverture du salon de l’agriculture et de l’alimentation OMEK de Hongrie, qui a eu lieu le jeudi 26 septembre 2019 à Budapest. La délégation marocaine est composée de plusieurs représentants professionnels du secteur, dont le président de la COMADER et de hauts responsables de l’administration.

    Le Maroc, pays d’honneur de cette 79ème édition qui se tenait du 26 au 29 septembre 2019, est présent à travers un pavillon installé sur un espace de 400 m2. Cette participation a pour objectif de développer les relations commerciales et les relations de coopération entre les deux pays, notamment dans les domaines agricoles et de l’industrie agro-alimentaire.

    Dans un discours prononcé au nom de M. Aziz Akhannouch, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime Développement Rural et des Eaux et Forêts, lors de la cérémonie d’ouverture, M. Sadiki est revenu sur la relation historique qui réunit le Maroc et la Hongrie et souligné l’excellence de la relation bilatérale dans plusieurs domaines. Il a souligné qu’un potentiel important existe pour des échanges entre les deux pays dans les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’alimentation et que plusieurs possibilités restent à explorer sur l’avenir des relations dans ces domaines. Engagé dans un processus de modernisation du secteur agricole dans le cadre du Plan Maroc Vert, il a précisé que la stratégie adoptée et les avancées réalisées offrent aujourd’hui une visibilité et de réelles opportunités d’investissements aux acteurs nationaux et internationaux.

    Les deux parties ont exprimé la volonté de développement des échanges commerciaux et de renforcement des relations de coopération dans le domaine agricole, notamment en matière de recherche agronomique, d’enseignement supérieur et de formation professionnelle.

    Un Pavillon qui reflète la richesse de l’offre Maroc

    Sur une surface d’exposition de 400 m², le pavillon du Maroc reflète l’authenticité et la modernité de notre pays et met en avant les atouts des produits agricoles et alimentaires marocains, à travers une offre riche et diversifiée de produits, notamment : les agrumes, les primeurs, les produits arboricoles et les produits du terroir notamment l’olive de table, l’huile d’olive, les câpres, le safran, et l’huile d’argan.

    Le Salon National de l’Agriculture et de l’Alimentation (OMÉK) est le plus grand évènement agricole en Hongrie avec une histoire de plus de 100 ans, ayant pour objectifs principaux d’élargir les relations entre les producteurs, les commerçants et les consommateurs, de développer le commerce des produits agricoles et de communiquer sur les secteurs de l’agriculture et el marché de l’agro-alimentaire hongrois.

    Avec près de 950 exposants et plus de 100 000 visiteurs, le salon OMÉK constitue une belle vitrine pour le Maroc, pour présenter la richesse et la diversité des produits agricoles et alimentaires marocains. Des rencontres B to B sont prévues en marge du salon pour prospecter des partenariats commerciaux susceptibles de développer davantage les échanges avec la Hongrie et les pays de la région.

    Organisée sous le Thème « L’innovation alimentaire », l’édition 2019 du salon reviendra sur l'attractivité du secteur agricole et mettra l’accent sur des questions d’actualité telles que la performance et la durabilité, l'innovation agricole ainsi que sur les questions de l’alimentation et de la sensibilisation du consommateur.

    Le secteur agricole en Hongrie et échanges commerciaux avec le Maroc

    Bénéficiant d’un territoire favorable à l’activité agricole, la Hongrie dispose d’une véritable tradition de production agricole et de transformation. Constitué principalement de plaines, le territoire est exposé à un climat à dominante continentale tempéré par les courants atlantiques.

    La production agricole hongroise est caractérisée par une prédominance des cultures (62% de la production agricole) par rapport à l’élevage (38% de la production agricole). La Hongrie est 1er producteur européen de maïs doux (2e producteur mondial), 2e producteur mondial de foie gras derrière la France et 4e producteur mondial de miel.

    Les échanges commerciaux entre le Maroc et la Hongrie sont régis par l’accord agricole Maroc-UE du 1er octobre 2012. Le Maroc est troisième partenaire commercial de la Hongrie en Afrique, mais les échanges des produits agro-alimentaires restent très limités au vu des potentialités des deux pays.

     

    Source : www.agriculture.gov.ma